Coaching et régulation

L’Union Européenne a inscrit le coaching professionnel sur la liste des professions autorégulées

Au début des années 2010, les acteurs majeurs de la profession du Coaching au niveau international se sont mobilisés et ont sollicité les instances de l’Union Européenne à Bruxelles afin que le coaching et le mentorat soient inscrits sur le site officiel européen dédié aux professions autorégulées. C’est ainsi qu’en 2011, « La Charte Professionnelle pour le Coaching et le Mentorat » (The Professional Charter for Coaching and Mentoring), a été formalisée et déposée auprès de l’UE. Trois des organisations fondatrices du SIMACS sont pour la France à l’origine de cette initiative : d’abord l’EMCC avec ICF, puis SFCoach en 2012.

Cette Charte Professionnelle définit les prérequis en matière de formation spécifique et de formation continue, de compétences, de supervision et de déontologie pour les praticiens du coaching et du mentorat. Elle définit également les bonnes pratiques que doivent adopter les organisations professionnelles, notamment en matière de discipline et de sanctions en cas de non-respect de la Charte Professionnelle et/ou des règles déontologiques. 

La Charte Professionnelle constitue la base du développement de l’autorégulation pour la profession de coachs et de mentors. C’est un  document public, rédigé conformément à la réglementation européenne.

Si la Charte Professionnelle n’a pas force de loi, du fait de son adoption par les organisations professionnelles compétentes, elle est considérée comme une référence de pratiques éthiques et professionnelles minimales pour l’exercice de ce métier.

Elle s’inscrit donc pleinement dans la mission des organisations professionnelles, dont le rôle consiste en particulier à promouvoir et assurer le respect des bonnes pratiques du coaching et du mentorat.

A ce titre, toute organisation professionnelle concernée par cet objectif est invitée à adhérer à cette Charte.

Une des raisons de cette démarche est le constat que le coaching est un métier, dont l’essor est marquant depuis les années 90 et qui ne cesse de se professionnaliser.

Cette obligation de professionnalisation se concrétise à travers 7 axes principaux :

1. un corpus de savoirs et de savoir-faire élaborés grâce à des recherches variées et nombreuses,

2. une formation spécifique au métier de coach professionnel,

3. des référentiels de compétences spécifiques et partagés par tous les coachs professionnels,

4. des accréditations ou certifications délivrées par les associations professionnelles de coaching, reconnues internationalement et indépendantes des écoles de formation,

5. des règles déontologiques formalisées, strictes et accessibles,

6. des processus de formation continue, de travail sur soi et de supervision pour permettre aux coachs d’approfondir et d’améliorer leurs savoirs, leur savoir-être et leur savoir-faire,

7. une identité sociale et professionnelle claire.

Par cet acte d’adhésion, chaque organisation souhaite contribuer à la promotion de la professionnalisation du coaching professionnel et du mentorat.

Le rôle du SIMACS autour de l’autorégulation

Avec la création du SIMACS, portée entre autres par les trois organisations qui ont signé la Charte, mais également soutenue par SynPAAC et PSF France, ces principes se trouvent renforcés, et réaffirmés.