PSF France

La Fédération des Superviseurs Professionnels est le fruit de la rencontre humaine entre superviseurs étroitement reliés autour de préoccupations communes que sont la professionnalisation du métier, le souci et la passion de la déontologie et de l’éthique, et enfin le plaisir et la nécessité du partage des savoirs. 

Ce en quoi nous croyons

Créer de la valeur 

Apparaître au cœur de la profession, dans une dynamique coopérative, garantissant par ce dialogue volontaire, de notre décision de participer à l’organisation des métiers de l’accompagnement, à leur évolution technique, à leur supervision comme à leur réflexion éthique. 

La nécessité de calibrer la connaissance et la posture du superviseur 

Celles-ci ne s’improvisent pas, ne s’autoproclament pas. Elles s’apprennent et s’intègrent par la recherche, la transmission des savoirs et par une intense pratique. PSF propose un référentiel de compétences spécifiques à l’activité du superviseur et en supplément des fondamentaux qui appartiennent à tous les professionnels de la relation. 

La nécessité de la supervision 

La supervision, telle que nous la définissons, est le prolongement naturel et essentiel de toute formation et de toute pratique. Elle est le garant de la sécurité des clients et de la qualité des gestes professionnels qui leurs sont proposés. Elle contribue à la construction et à la croissance de l’identité professionnelle et au positionnement de tout professionnel impliqué dans l’accompagnement des personnes, des équipes et des organisations (coachs, consultants, psychologues, travailleurs médico-sociaux). 

Pour aller plus loin

La Fédération des Superviseurs Professionnels répond d’un élan créateur totalement tourné vers le partage et la rencontre avec tous ceux de la profession qui comme nous, font le choix d’exposer leur pratique et leur volonté de progression. 

Il s’agit donc d’un espace exigeant et ouvert. 

Notre engagement est tourné vers la satisfaction de nos clients. 

Notre volonté est de garantir un niveau de professionnalisme élevé, comme conséquence évidente d’une organisation structurée au cœur de laquelle sont questionnées en permanence, et de manière réflexive, les pratiques, les questions déontologiques et éthiques.